À propos d’Annie Krins

 

En 1977, suite à la naissance de leur fils porteur d’une trisomie 21, Annie et Polo Krins décident de créer, autour des personnes porteuses d’une trisomie 21 et de leurs besoins , une association de parents : l’APEM.

Dès sa création, l’association animée par Annie Krins avec le soutien de parents et de scientifiques  (ULG, UCL, UMH …)  et soutenue par les forces politiques locales de l’époque se fixera divers objectifs.

Si une forme de soutien moral se révèle vite insuffisante, c’est dans la mise en place de réponses et de structures concrètes qu’Annie Krins œuvre dès 1979,  notamment au bénéfice de l’aide éducative au nouveau-né et à l’enfance ( premier service d’aide précoce de Wallonie ),ainsi qu’à l’accompagnement scolaire en classes spécialisées ou intégrées . C’est à elle également que l’on doit la création d’un centre d’ activités de jour« la  fermette »,d’un service résidentiel d’hébergement « la glanée » ainsi que la mise en place d’ activités artistiques au travers d’atelier créatifs .

Couronnée du Prix ANAH Rotary, Annie Krins reçoit au nom de l’APEM-T21 ce prix des mains de SM la Reine Fabiola en 1981.

Chargée de missions par le Ministre de l’Education de la Communauté française, Annie Krins n’aura de cesse  de mettre en place un enseignement adapté aux besoins des enfants et adolescents porteurs d’une trisomie 21 et susceptible de contribuer au mieux à  leur intégration .

De 1977 aux premières années de ce siècle, Annie Krins poursuit inlassablement sa tâche. Membre du Comité de Gestion de l’AWIPH (AVIQ) et de nombreuses autres structures spécifiques, elle ne cessera de soutenir toutes démarches allant dans le sens de l’intégration et de l’inclusion des personnes différentes, quelle que soit cette différence, ouvrant progressivement l’asbl à d’autres personnes présentant une déficience d’origine génétique.

Elle sera élue « femme de l’année 1988 » par les verviétois.

En 2004,  se fondant principalement sur la perception et l’évolution des connaissances et de l’accompagnement et  soutenue par quelques collaborateurs conscients aussi de cette nécessaire évolution, Annie Krins lance une large réflexion sur l’avenir de « son » association de parents et des services initiés depuis 1977.

Ce travail essentiel aboutira au 01.01.2005 à la création de deux asbl :

  • l’APEM-T21 « association de personnes  porteuses d’une trisomie 21, de leurs parents et des professionnels qui les entourent ».
  • « Les Services de l’apem-t21 » asbl qui, regroupant tous les services de l’époque,  se voit donner comme mission non seulement d’assurer leur maintien et leur pérennisation mais aussi de poursuivre leur développement en tant que réponses adaptées aux différents besoins des bénéficiaires.

Dès ce moment, sous l’impulsion d’Annie Krins, les asbl « APEM-T21 » et « Les Services de l’APEM-T21», poursuivant le chemin tracé par leur fondatrice, en collaboration et complémentarité entre parents et professionnels, accueillent toute personne avec une trisomie 21 ou présentant un autre syndrome génétique assimilé.

Soutenus par des Conseils d’administration composés de parents et de professionnels, sous la direction d’Annie Krins, et s’appuyant sur des équipes de professionnels formés, chaque asbl développe ses actions spécifiques.

De 40 familles en 1977, Annie Krins a construit un réseau associatif regroupant quelque 400 familles et  occupant à ce jour près d’une centaine de travailleurs.

Après une maladie pénible elle s’est éteinte le 14 avril 2015.

C’est en sa mémoire que la création de la « Fondation d’Utilité Publique Annie Krins » a été décidée.